INFORMATIONS DU MOIS

L’AUTOMNE : QIU « embrasser et ajuster l’équilibre» 4 AOÛT – 3 NOVEMBRE

ImagesLes trois mois d’automne sont appelés « embrasser et ajuster l’équilibre.

L’automne comprend les mois d’août, de septembre et d’octobre. C’est le temps du mouvement de retour associé au sens de maturation qui prolonge l’accroissement de l’été et celui de séparation qui prépare l’avènement de l’hiver.

L’automne accueille les fructifications que l’été lui a confiées, qu’il les rassemble et qu’il en gère la mise en ordre, un peu comme les poumons accueillent l’ensemble des énergies produites, ainsi que la chaleur du cœur dont ils gèrent à la fois l’expression dans les vaisseaux méridiens et à la surface de la peau (extension des poumons).

L’organe de l’automne, ce sont les poumons. Ils sont ses représentants dans la psychophysiologie ; comparés au premier ministre, ils surplombent l’ensemble des autres organes, du haut de la cage thoracique. Ils représentent ainsi « les couvercles des organes » (Sou Wen 46).

La saveur de l’automne est le piquant qui nourrit les poumons lorsqu’il est subtil ou nourricier.

L’automne doit donc à la fois contenir et ajuster l’équilibre, tout comme le fait le poumon, « premier ministre », de l’organisme. Ce mouvement s’accompagne dans le cosmos d’une certaine séparation des mouvements qui animent le ciel et la terre.

Le besoin de sommeil s’accroit avec les nuits qui s’allongent : on se couche tôt pour favoriser le retour au yin, mais on se lève tôt pour bénéficier de l’élan du yang clarificateur et équilibrant, propre à l’automne, suivant en cela la conduite des animaux dont l’expression est réglée sur les cycles solaires, tel le coq.

On exerce ainsi son vouloir dans le sens de la paix et de la tranquillité, facteurs indispensables pour rassembler et pacifier le déploiement estival des mouvements d’énergie, des expériences et des pensées multiples.

Le mouvement de l’automne est le moment qui succède aux moissons des épis alourdis, le temps où les fruits mûrs attendent d’être cueillis ou bien tombent au sol. Toutes les activités sont alors marquées par l’esprit de la récolte.

Sur ce modèle, l’être humain rassemble en lui les souffles si largement déployés pendant l’été et, selon le même dynamisme, il collecte et recueille ses esprits et son attention. Poumons (souffles) et cœur (les esprits) s’accordent en concentrant leurs capacités respectives et en apaisant leur tension.

Le temps d’automne est tout entier voué à la mise en lumière qui permet de dresser l’inventaire de ce qui sera gardé et de ce qui sera rejeté.

 

Recommandation sur le plan général

On se couche tôt pour favoriser le retour au yin, mais on se lève tôt pour bénéficier le l’élan du yang.

On recourt au shiatsu, à l’acupuncture, l’alimentation et les plantes pour régulariser et purifier le sang.

On évite autant que faire se peut de transpirer, la sudation qui représente une extériorisation est contraire à l’énergie de la saison.

 

Recommandations sur le plan alimentaire et hygiène de vie :

On diminue la saveur piquante qui nourrit le métal afin de diminuer son effet répressif sur le foie.

On augmente la saveur acide subtile et nourricière afin de nourrir et protéger le foie : poireaux, pain au levain, prunes.

On consomme du sésame (gaines) qui humidifie légèrement les cinq organes et les poumons en particulier et favorise et calme la dysenterie.

On ne consomme pas de céréales fraichement récoltées, porteuses des énergies pernicieuses de la saison qui risquent de réveiller et réactiver des maladies anciennes.

On ne boit pas trop froid ou glacé.

On ne mange pas d’aliments trop froids qui risqueraient de déclencher l’apparition de coliques, de diarrhées ou de fièvre.

On n’expose pas son corps à la fraicheur extérieure en particulier son dos son cou et ses lombaires rendus vulnérables par le mouvement d’intériorisation caractérisant l’énergie de la saison. Le froid qui envahit les poumons peut se transmettre à son viscère creux couplé, le gros intestin, soit directement, soit indirectement, pouvant provoquer des diarrhées froides au cours de l’hiver.

Tiré du livre « La Médecine Chinoise, santé, forme et diététique » - Dr Jean-Marc Eyssalet, Evelyne Malnic


 

AOUT - Pi "le calme intérieur"

Aout 007

Ce mois d’aout nous amène à cultiver tout particulièrement notre harmonie intérieure. Le ciel et la terre ne communiquent pas. En l’absence de possibilité d’échange avec l’extérieur, nous sommes invités à travailler sur nous-mêmes. Comme toujours on se garde des excès d’activité mentale ou physique.

L’automne arrive et la fin de la canicule caractérise cette période. Il s’agit de lâcher prise, de faire le vide, d’abandonner toute intention de volonté particulière en ne s’opposant pas la juste nature des choses. Chercher à retenir les images, qu’elles soient issues du passé, du présent ou du futur, est un obstacle au repos profond, au relâchement des fonctions organiques et donc à la récupération naturelle du corps.

Aout est marqué par une forte chaleur, de violents orages, et dans le jardin c’est le temps des récoltes. La principale période de la végétation est passée ; c’est le temps de la maturité.

Troubles de la saison

Dérégulation du sommeil que ce soit dans le besoin de sommeil (fatigue matinale, sieste indispensable, endormissement en journée … ) ou au contraire, la difficulté à trouver le sommeil

Augmentation de l’appétit par l’attirance envers les saveurs sucrée, pour compenser la carence énergétique,

Le déficit en vitamine D et son lot de troubles dermatologiques

Les troubles sexuels par une diminution de la libido, des désordres menstruels ou encore une impuissance passagère,

Des troubles mentaux comme la difficulté à se concentrer, de la tristesse matinale…

Des douleurs ou des gonflements par l’accumulation d’humidité, au niveau des lombes

 

Recommandations pour le mois de d’Aout:

On se lève tôt et on se couche tôt pour ajuster son rythme sur celui du coq.

On exerce son vouloir-vivre dans la fermeté et le calme et on harmonise son corps.

On ne mobilise excessivement ni son corps ni son esprit.

On se garde d’affronter tout excès de chaleur et de froid.

On évite de transpirer à l’effort. La thérapeutique évitera les sudorifications qui peuvent endommager l’énergie originelle des reins.

 

Alimentation pour le mois d’Aout :

Durant le septième mois, le foie et le cœur sont peu agités. Seul l’organe des poumons a une énergie abondante. Il convient d’apaiser et de tranquilliser sa nature foncière et ses passions. Augmenter le salé et diminuer le piquant. Privilégiez les aliments de nature neutre, tonifiants du système sanguin, de la rate, de l’estomac, des reins et des surrénales. Des aliments faciles à digérer. Modéré la quantité de nourriture et privilégiez les modes de cuisson à feu doux (vapeur, à l’étouffée, court-bouillon pour ne pas dénaturer les éléments naturels protéiniques et vitaminiques…

Fruits secs pour le capital énergétique immédiat. De saveur acide stimulante, du glucose naturel, des vitamines, sels minéraux et oligo aliments indispensables pour la dépense musculaire et le moral. Les consommer en début de repas pour mieux les digérer.

Des céréales : blé germé, riz semi complet ou basmati, pain d’orge et de seigle

Des féculents comme la pomme de terre, le petit pois, la lentille, le haricot blanc ou rouge, la graine de soja

Des légumes racines comme la carotte (consommée plutôt légèrement cuite à l’extérieur et croquante), le radis, la betterave, le poivron.

Les produits animaux comme le poulet de ferme, l’œuf à la coque (bio et très très frais), les viandes rouges peu cuites (bœuf, agneau, abats riches en fer et vitamines B et B12) et la majorité des poissons non gras (les moules sont idéales, crevettes, langoustines (choisissez la langoustine vivante, tellement meilleure !)

 

Evitez :

- Les produits laitiers difficiles à assimiler (beurre, crème fraîche et fromages gras)

- salades vertes et crudités (tomate, concombre, rhubarbe, aubergines)

- les plats cuits consommés froids, les fritures et sauces lourdes ou graisses animales

- les produits excitants ou artificiellement sucrés comme la pâtisserie industrielle, le café, l’alcool, le poivre la moutarde et le piment.